Billetterie

Quelle durée minimum d’escale pour une correspondance entre 2 vols ?

Connaitre le temps minimum de correspondance entre deux avions et la durée d’escale à prévoir pour réussir une connexion.

Photo : Simon_sees CC BY 2.0

Passer d’un avion à un autre prend du temps, plus ou moins selon l’itinéraire du voyage. Je vous explique quelle est la durée minimum d’escale requise à l’aéroport de transit quand votre correspondance est organisée et garantie par la compagnie aérienne grâce à un titre de transport unique de bout-en bout, ou celle à prévoir lorsqu’il s’agit d’une correspondance autonome sous votre seule responsabilité avec des billets d’avion séparés.

Vérifier le temps minimum de correspondance « MCT »

Le temps minimum nécessaire pour effectuer une correspondance entre deux vols, appelé MCT ou Minimum Connecting Time, varie selon plusieurs facteurs et en particulier :

  • de l’aéroport de transit
  • des compagnies aériennes effectuant les vols
  • de la nature de la correspondance
    • d’un vol domestique vers un autre vol domestique (D/D)
    • d’un vol domestique vers un vol international (D/I)
    • d’un vol international vers un vol domestique (I/D)
    • entre deux vols internationaux (I/I)
  • d’un changement éventuel de terminal.

La date du voyage et le type d’appareil ont parfois également un impact.

Pour connaitre la durée minimale d’escale à respecter tenant compte des caractéristiques de la correspondance, il faut recourir au site Expert Flyer.

Allez dans le menu Travel Informations puis Min Connect Times. Saisissez l’aéroport de transit dans le champ Connecting Airport du formulaire. Précisez dans Incoming Airline la compagnie du premier vol et celle du second vol dans Outgoing Airline. Choisissez le type de correspondance effectué dans le menu déroulant Flight Types puis lancez la recherche.

Seul le champ Connecting Airport est obligatoire, les autres critères peuvent être omis afin d’obtenir l’ensemble des informations pour un aéroport sans filtre par compagnies ou par type de correspondance.

À titre d’exemple, regardons le temps minimum d’escale à l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle (CDG) :

Temps minimum de correspondance (MCT) à Paris-Charles de Gaulle via Expert Flyer

STANDARD.D/D...D/I...I/D...I/I.
ONLINE    .30  1.00  1.30  1.30
OFFLINE   .30  1.00  1.30  1.30

Ces trois premières lignes indiquent la règle générale déterminée par le gestionnaire Aéroports de Paris. Une correspondance online est une correspondance entre deux vols d’une même compagnie : le MCT à Roissy est de 30 minutes entre deux vols domestiques, d’une heure entre un vol domestique et un vol international, d’une heure et demie entre un vol international et un vol domestique, d’une heure et demie également entre deux vols internationaux. Une connexion offline est une correspondance entre des vols de compagnies différentes : les MCT sont similaires à ceux d’une correspondance online.

Les lignes suivantes listent les nombreuses exceptions.

AF-AF DD   .45 TRM 2F - 2F
AF-AF DD  1.00 TRM 2G - 2F
AF-AF DD  1.00 TRM 2F - 2G
AF-AF DD   .40 TRM 2G - 2G

Ces quatre lignes précisent que pour effectuer une correspondance entre deux vols domestiques d’Air France, le MCT s’élève à 45 minutes au sein du terminal 2F, monte à 1 heure en cas de changement de terminal du 2F au 2G et inversement, s’établit à 40 minutes sans quitter le terminal 2G.

AF-AF DI  1.20 CDS  ** -  ** TRM 2F - 2A ALL - HEL
  25SEP20 - 27MAR21

Cette autre ligne trouvée parmi d’autres impose 1 heure et 20 minutes au moins pour réaliser une correspondance entre un vol intérieur Air France arrivant au terminal 2F et un vol international en partage de code (codeshare) avec toute autre compagnie partenaire décollant du terminal 2A à destination d’Helsinki entre le 25 septembre 2020 et le 27 mars 2021 inclus. Ce MCT vise spécifiquement une correspondance avec le Paris / Helsinki commercialisé par Air France et opéré par Finnair.

Correspondance garantie si MCT respecté et billet unique

Même si le temps qui sépare deux avions peut parfois sembler court, les systèmes de réservation des compagnies aériennes sont conçus pour proposer uniquement des combinaisons de vols avec une durée d’escale approuvée par les aéroports et les compagnies concernés. À l’inverse, le temps du transit peut être allongé à cause d’un MCT important alors qu’un vol vers la même destination part dans un délai plus court.

La réussite d’une correspondance entre deux vols faisant partie d’un seul billet de bout-en-bout et respectant le MCT relève de la responsabilité des transporteurs impliqués dans l’itinéraire du voyage.

En cas de correspondance manquée, parce-que le temps nécessaire pour faire la correspondance était manifestement trop optimiste ou à cause d’un retard du premier vol, la compagnie défaillante est alors tenue :

  • de placer gratuitement le passager sur le vol suivant (ou de lui fournir un transport alternatif)
  • de prendre en charge ses frais de restauration et d’hébergement pendant l’attente
  • et parfois de lui verser une indemnité.

Il est donc dans l’intérêt de la compagnie aérienne de faire en sorte qu’une escale se déroule dans le délai fixé par elle-même pour que le passager prenne son second vol selon le programme convenu à la réservation.

Durée minimum d’escale pour une correspondance autonome avec des billets séparés

Avec deux billets d’avion achetés séparément, il appartient au voyageur de récupérer ses bagages à la descente du premier avion, de franchir les contrôles de police et de douane, de s’enregistrer aux comptoirs de la compagnie effectuant le second vol et d’y déposer ses bagages, puis de retourner en salle d’embarquement après un passage par les contrôles de sûreté et une nouvelle traversée de la frontière.

Dans le cadre d’une telle correspondance autonome (self-connect), respecter le temps de transfert minimum MCT ne suffit pas pour réussir la connexion. Il faut nécessairement prévoir des heures d’escale en plus :

  • pour être présent aux comptoirs d’enregistrement ou de dépose-bagage du second vol avant leur fermeture
  • pour absorber tout retard éventuel du premier vol.

En cas de correspondance manquée, tous les frais qui en découlent sont à la charge du passager (modification ou rachat d’un billet à la dernière minute, prestations d’attente sur place).

La réglementation européenne prévoit une indemnisation forfaitaire à partir de 3 ou 4 heures de retard d’un vol quand elle s’applique. C’est probablement le temps minimum qu’il convient d’ajouter au MCT entre l’heure d’arrivée prévue du premier vol et l’heure limite d’enregistrement du second vol pour réduire les conséquences financières d’une correspondance autonome ratée.

Des agences de voyage en ligne comme Kiwi.com vendent des itinéraires en plusieurs billets distincts, combinant des compagnies qui n’entretiennent aucun accord pour s’échanger des passagers ou des aéroports qui ne sont pas organisés pour accueillir un trafic de voyageurs en correspondance. Afin de proposer des connexions pas trop longues, ces agences promettent une prise en charge de leur part si la correspondance autonome s’avère finalement impossible. Assurez-vous bien cependant que le mode de fonctionnement de cette assistance et ses limites vous conviennent.

Combien de temps d’escale prévoyez-vous pour réaliser votre correspondance ?

Écrire un commentaire

Participez à la conversation

N'hésitez pas à écrire un commentaire, vos contributions et autres questions d'ordre général participent à l'enrichissement de cet article et profitent à toute la communauté.

Les situations individuelles ne sont pas étudiées. Pour bénéficier d'une aide ou de conseils personnalisés, découvrez mon service de consulting.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

Haut