Flight reports

Royal Air Maroc : avis sur des vols Casablanca → Fès → Casablanca

Retour d’expérience sur un aller-retour Casablanca / Fès avec les compagnies Royal Air Maroc et RAM Express en classe éco.

Photo : Flying Smart CC BY 4.0

La liaison aérienne entre Casablanca, capitale économique du Royaume du Maroc, et la ville impériale de Fès est assurée par la compagnie publique Royal Air Maroc qui détient l’exclusivité des lignes domestiques marocaines.

Cette desserte a essentiellement pour but d’alimenter le hub Casaoui de la compagnie nationale, pour pré-acheminer des passagers sur ses vols internationaux et transporter ceux arrivant de l’étranger jusqu’à leur destination finale.

Il est bien entendu parfaitement possible d’acheter un billet point-à-point pour voyager entre les deux villes par avion.

Billet de dernière minute sur internet

Lors d’un déplacement s’imposant à la dernière minute, il est souvent nécessaire d’acheter le billet d’avion au comptoir de vente de la compagnie aérienne à l’aéroport, les réservations sur internet étant fermées.

Royal Air Maroc autorise l’achat d’un billet sur son site web jusqu’à 4 heures avant le décollage d’un vol. J’ai effectivement pu obtenir le mien à quelques minutes seulement de cette heure limite.

Aller Casablanca / Fès

J’ai voyagé sur le vol Royal Air Maroc AT440 Casablanca (CMN) / Fès (FEZ) du vendredi 22 septembre 2017, départ prévu à 22h35 pour une arrivée à 23h30.

Pour pénétrer à l’intérieur de l’aéroport de Casablanca – Mohamed V, les policiers qui gardent les portes d’entrée exigent des voyageurs la présentation du passeport et du billet d’avion. Montrer son téléphone affichant le reçu du billet électronique répond à la demande.

Disposant d’un bagage à transporter en soute, je me présente aux comptoirs d’enregistrement pour les vols domestiques qui sont situés à l’extrémité gauche du terminal 1. Plusieurs comptoirs traitent indifféremment tous les vols en cours, l’enregistrement s’effectue rapidement.

L’accès à la salle d’embarquement est situé à gauche des comptoirs d’enregistrement. Il s’agit d’un vaste hall ressemblant à celui d’une gare routière : les différentes portes d’embarquement s’ouvrent sur un parking où attendent les bus qui mènent aux avions stationnés au large.

Le vol était opéré avec le Boeing 737-800 immatriculé CN-ROE livré à la compagnie en 2006.
Royal Air Maroc ne propose aucune prestation sur ce vol de courte distance d’un peu plus de 250 km.
L’atterrissage à Fès a lieu à l’heure prévue.

Au Maroc, les formalités d’entrée sur le territoire s’effectuent au point de contact de la destination finale. Ainsi, un passager qui provient de l’international et qui transite par Casablanca avant d’arriver à Fès, suit les procédures d’immigration et douanière à Fès. Or, il n’y a pas de circuit dédié à chaque typologie de passager. Tous les passagers sont donc débarqués dans une salle pour un contrôle d’immigration, y compris ceux ayant pour point d’origine Casablanca.

Pour la même raison, une fois les bagages récupérés, il est ensuite nécessaire de faire la queue pour le contrôle douanier.

Le délai pour quitter l’aéroport après un vol domestique s’avère finalement tout aussi long que pour un vol international…

L’aéroport de Fès – Saiss, une beauté

A l’aéroport de Fès, les avions sont stationnés face au terminal et il n’y a pas de passerelles. Pas de bus non plus, c’est à pieds que le court trajet s’effectue entre le tarmac et l’aérogare : un moment rare qui enchante les fans d’aviation !

Fès – Saiss dispose d’un nouveau terminal, récemment inauguré en mai 2017 puis entré en service le mois suivant. Sa décoration est séduisante, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, dans un style purement marocain.

Retour Fès / Casablanca

J’ai voyagé sur le vol Royal Air Maroc AT441 Fès (FEZ) / Casablanca (CMN) du mardi 26 septembre 2017, départ prévu à 06h00 pour une arrivée à 07h00.

Présentation du passeport et du billet pour accéder au terminal, récupération de la carte d’embarquement et dépôt du bagage de soute à l’un des deux comptoirs d’enregistrement ouverts pour le vol, puis direction la salle d’embarquement.

Au Maroc, les formalités de sortie du territoire s’effectuent au point de départ initial, donc à Fès pour un voyage de Fès vers l’international via Casablanca. Là encore, tous les passagers y compris ceux qui ne continuent pas au-delà de Casablanca, sont dirigés à l’inspection-filtrage où un contrôle douanier est mis en oeuvre puis doivent faire la queue devant les aubettes de la police des frontières. L’attente ce matin-là semblait interminable, plusieurs vols internationaux étant programmés dans la même tranche horaire.

Mon embarquement se fera au pas de course, pressé par un agent de RAM Handling pour que je monte dans l’avion au plus vite. Malheureusement, étant loin d’être le dernier passager, il faudra encore attendre bien du monde…

Le vol était opéré avec le turbopropulseur ATR72-600 immatriculé CN-COE appartenant depuis 2011 à la flotte de RAM Express, filiale de la Royal Air Maroc.
RAM Express n’offre aucune prestation sur ce vol d’une trentaine de minutes.
L’atterrissage à Casablanca s’effectuera à l’heure prévue.

A l’aéroport de Casablanca, un circuit existe pour les passagers qui descendent d’un vol intérieur et qui restent au Maroc, permettant de contourner la queue devant les postes de contrôle de la police aux frontières. Mais arrivé derrière les aubettes, un policier est bel et bien présent pour vérifier passeport et carte d’embarquement afin de s’assurer de la présence d’un cachet d’entrée dans le passeport.

Pas de circuit spécifique en revanche pour contourner la douane. Une fois les bagages collectés, il est nécessaire de faire la queue avec tous les passagers internationaux avant de pouvoir enfin sortir de l’aéroport.

Conclusion

Si les 2 vols intérieurs avec Royal Air Maroc et RAM Express en tant que tels se sont convenablement déroulés, il reste que voyager à travers le Maroc par les airs est aussi compliqué que de voyager à l’étranger, en raison de la mixité entre passagers domestiques et passagers internationaux à bord des avions et l’absence de traitement véritablement différencié de ces flux dans les aéroports.

Quelle est votre expérience avec les vols domestiques de Royal Air Maroc ?

Écrire un commentaire

Participez à la conversation

N'hésitez pas à écrire un commentaire, vos contributions et autres questions d'ordre général participent à l'enrichissement de cet article et profitent à toute la communauté.

Les situations individuelles ne sont pas étudiées. Pour bénéficier d'une aide ou de conseils personnalisés, accédez au service d'assistance (payant : 12,50€ pour 15 minutes de consultation).

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

Haut