Billetterie

Avion et fraude : demande de la carte bancaire à l’enregistrement

Des compagnies exigent de voir la carte de l’acheteur du billet d’avion. Une situation à anticiper pour éviter un refus d’embarquer.

Photo : Michal Jarmoluk Pixabay

Les compagnies aériennes sont de plus en plus nombreuses à exiger que les passagers présentent la carte bancaire ayant servi à l’achat des billets d’avion sur leur site internet. Sous peine d’un refus d’embarquement en cas d’impossibilité de répondre à la demande de l’agent d’enregistrement à l’aéroport. Je vous explique pourquoi ce contrôle est mis en œuvre et comment anticiper les difficultés qu’il peut poser.

Les compagnies luttent contre les cartes bancaires piratées

Les compagnies aériennes ne sont pas épargnées par les fraudes à la carte bancaire. Des escrocs réservent des billets d’avion sur internet au moyen de numéros dérobés à l’occasion d’un piratage informatique. Les bénéficiaires de ces titres de transport achetés frauduleusement sont les voleurs ou leurs complices, mais bien souvent aussi des voyageurs qui ont été abusés par un intermédiaire véreux.

Le titulaire d’une carte bancaire peut contester une opération qu’il n’a pas autorisée plusieurs mois après sa survenance. À ce moment-là, la compagnie est débitée par sa banque pour rembourser le titulaire floué. Quand la compagnie découvre le pot aux roses, le billet d’avion a déjà été utilisé.

Pour endiguer ce phénomène financièrement dévastateur, des compagnies ont trouvé une parade : elles exigent que le passager présente la carte bancaire physique ayant servi au paiement du billet au moment de l’enregistrement à l’aéroport. Les plus suspicieuses vont jusqu’à demander une preuve de validité de la carte via une saisie du code secret sur un terminal.

N’imaginez pas un contournement grâce à l’enregistrement en ligne : elles ont bien pris soin de bloquer la délivrance de la carte d’accès à bord pour obliger le passager à se rendre aux traditionnels comptoirs ou à une borne libre-service équipée d’un lecteur de cartes de paiement.

En cas d’impossibilité de vérifier la carte bancaire, ces compagnies refusent tout simplement d’embarquer le passager.

Cette procédure concerne uniquement les achats effectués à distance et en direct avec la compagnie aérienne. Elle n’est jamais réalisée pour les billets d’avion réservés auprès d’une agence de voyage en ligne, cet intermédiaire étant responsable du paiement vis à vis du transporteur.

Comment anticiper les difficultés à l’aéroport ?

La majorité des compagnies aériennes asiatiques et du moyen-orient ont mis en place un contrôle physique de la carte bancaire. D’autres y viendront certainement un jour ou l’autre.

Bien qu’annoncé pendant le processus de réservation du billet d’avion sur le site internet des compagnies concernées, ce procédé embarrasse les clients dans des situations très courantes.

L’acheteur du billet d’avion ne voyage pas avec le passager

Le passager ne voyage pas toujours avec la personne qui a payé son billet d’avion, notamment lors :

  • d’un déplacement professionnel réglé avec la carte bancaire de l’employeur ou de l’entreprise invitante
  • d’un voyage individuel d’un membre de la famille du titulaire de la carte bancaire
  • d’un cadeau offert par un tiers …

Si le titulaire de la carte bancaire peut parfois accompagner le passager à l’aéroport pour franchir les formalités d’enregistrement, cela est impossible ou indésirable dans la plupart des cas. Et confier la carte bancaire (avec son code PIN) est évidemment contraire tant aux conditions d’utilisation de la carte qu’aux principes de sécurité les plus élémentaires.

Quand l’acheteur ne voyage pas avec le passager, il est donc préférable d’effectuer la réservation du billet d’avion via une agence de voyage comme Expedia, Opodo ou autre pour échapper à la vérification menée par la compagnie.

Mais si le billet est acheté directement à la compagnie, le titulaire de la carte bancaire doit prendre contact avec celle-ci le plus tôt possible. La compagnie suggère généralement une vérification anticipée (présentation de la carte dans un point de vente en ville ou à l’aéroport) mais peut aussi proposer une procédure alternative (envoi de divers documents au service client).

Le passager ne possède plus sa carte bancaire

Parfois, le passager n’est plus en mesure de présenter sa carte bancaire ou d’en confirmer la validité, en particulier :

  • quand elle est arrivée entre-temps à expiration et que la nouvelle carte a changé de numéro
  • quand elle a été volée, piratée, perdue, avalée par un distributeur …

Il peut aussi avoir réglé sa réservation avec une carte bancaire virtuelle, sans support physique.

Les agents d’enregistrement à l’aéroport resteront inflexibles face à ces prétextes. Dans ces cas de figure, il faut contacter sans attendre le service client de la compagnie pour suivre une procédure de vérification alternative.

Payer une deuxième fois

En cas de situation inextricable à l’aéroport, le passager devra acheter sur place un nouveau billet pour être autorisé à embarquer.

Certaines compagnies demanderont le même prix que celui qui a été acquitté lors de la réservation initiale. Mais d’autres n’hésiteront pas à facturer le prix fort de la dernière minute !

Le client devra ensuite contacter le service après-vente du transporteur aérien pour obtenir l’annulation du premier paiement effectué à distance.

Avez-vous déjà dû présenter votre carte bancaire à l’enregistrement d’un vol pour obtenir votre carte d’embarquement ?

Écrire un commentaire

Participer à la conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut