Flight reports

KLM : avis sur un vol Amsterdam → Hambourg en B737

Retour d’expérience sur un vol Amsterdam / Hambourg en classe économique avec un Boeing 737-800 de la compagnie KLM.

Photo : © rehleti.com

Amsterdam, la capitale des Pays-Bas, est reliée à Hambourg, la deuxième plus grande ville d’Allemagne, par la compagnie néerlandaise KLM qui assure la desserte en compétition avec le transporteur low cost allemand Eurowings.

Membre de l’alliance Skyteam, KLM opère entre 3 et 4 rotations quotidiennes. Elle est la compagnie dominante sur cette ligne.

J’ai voyagé sur le vol KLM KL1789 Amsterdam (AMS) / Hambourg (HAM) du jeudi 15 novembre 2018, départ prévu à 20h40 pour une arrivée à 21h45.

Les voyageurs d’affaires ciblés

Les déplacements pour affaires constituent une part importante du trafic entre Amsterdam et Hambourg et cela s’en ressent dans la tarification des billets. Rien à moins de 120€ l’aller simple, et c’est sans bagage en soute à ce prix là.

La programmation horaire est adaptée à la clientèle visée pour lui permettre d’effectuer un aller-retour dans la journée. L’appareil qui réalise le dernier vol entre Amsterdam et Hambourg reste stationné à Hambourg d’où il ne repartira que le lendemain matin pour opérer le premier vol à destination d’Amsterdam.

A l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol

KLM ouvre l’enregistrement sur son site internet et sur son application mobile 30 heures avant le décollage. Un siège est automatiquement attribué mais il peut être modifié. Il n’est pas nécessaire d’imprimer la carte d’embarquement générée à la fin du processus.

Les voyageurs qui n’ont pas effectué la démarche en ligne, ou ceux qui souhaitent obtenir un exemplaire papier de leur carte d’accès à bord, doivent utiliser des bornes d’enregistrement tactiles à l’aéroport.

Les passagers enregistrés se rendent ensuite aux contrôles de sûreté, sauf ceux qui ont d’abord un bagage de soute à déposer. Identification du passager et de sa réservation, pesée du bagage, impression de l’étiquette, collecte de la valise : toute la procédure s’effectue à un comptoir entièrement automatisé avec, là encore, le client à la manœuvre.

Schiphol est vaste. Quinze minutes ont été nécessaires pour me rendre jusqu’à la porte D68 depuis le contrôle de sûreté. La porte d’embarquement dispose de sa salle d’attente dédiée, équipée de nombreux sièges, où une connexion à internet en Wi-Fi est accessible.

L’avion est au contact du terminal. L’embarquement commence avec les passagers prioritaires de la classe avant, suivis de ceux qui disposent d’un statut Skyteam Elite. Vu la nature du vol, ces clients commercialement importants sont nombreux.

Le personnel en porte propose pro-activement aux passagers qui voyagent avec un bagage de cabine et un accessoire d’envoyer gratuitement leur bagage de cabine en soute afin de libérer de l’espace dans les coffres et faciliter l’installation à bord.

A bord de l’avion

Ce vol était opéré avec un Boeing 737-800 immatriculé PH-BXF, un appareil entré dans la flotte de KLM en l’an 2000. Malgré son ancienneté, la cabine est propre et apparait en bon état. Elle est configurée avec 31 rangées de sièges disposés en 3-3. Revêtus d’un tissu bleu foncé et d’une têtière d’un bleu plus clair, les sièges inclinables sont équipés d’une tablette et d’une pochette de rangement.

L’avion quitte son point de stationnement à l’heure prévue. Les hôtesses effectuent leur démonstration de sécurité puis nous décollons à 20h50.

Dix minutes plus tard, et à ma grande surprise pour un trajet si court, un service de restauration se met en route ! Une jolie boite est distribuée à tous : elle contient un gobelet d’eau, un sachet de biscuits salés et une serviette. Une autre boisson au choix est également offerte.

Juste le temps pour les PNC de ramasser les déchets et de préparer la cabine en vue de l’atterrissage, que l’avion se pose déjà sur la piste d’Hambourg à 21h33.

Les passagers débarquent directement dans le terminal grâce à une passerelle. La porte était située à proximité de la sortie, je suis à l’extérieur de l’aéroport quelques minutes après mon arrivée.

Conclusion

KLM propose une navette aérienne rapide, efficace et ponctuelle entre 2 villes européennes de dimension économique importante. La digitalisation et l’automatisation des formalités d’enregistrement simplifient et fluidifient l’expérience au sol du voyageur. La marque d’attention avec la petite collation offerte malgré un temps de vol effectif de 40 minutes seulement est appréciable.

Quelle est votre expérience à bord des vols européens de KLM ?

Écrire un commentaire

Participer à la conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut